• CALL ME BY YOUR NAME

    CALL ME BY YOUR NAME (2017)

    Luca Guadagnino

    “Oscar du meilleur scénario adapté”

    L’histoire de deux jeunes garçons qui durant six semaines dans une petite ville au Nord de l’Italie vont se livrer au désir, à la passion et l’amour..

         Call me by your name met en scène Timothée Chalamet, jeune acteur de 22 ans franco-américain qui interprète parfaitement le rôle du personnage principal : Elio. En effet, dans sa façon de jouer on retrouve l’intelligence d’un adolescent éduqué dans l’art, l’histoire et la musique. Ce dernier transmet une certaine sensibilité et passion à travers ses gestes, son regard ou encore sa façon de parler. Pour ce film, Timothée a appris l’Italien, le piano et la guitare. On rencontre donc un personnage extrêmement touchant qui apprend et découvre le temps d’un été à tomber amoureux. Ce rôle lui a valu une nomination aux Oscars en tant que meilleur acteur dans un rôle principal. Le plus jeune acteur nommé dans cette catégorie depuis 80 ans...On retrouve à ses côtés  Armie Hammer qui interprète Oliver, un jeune américain étudiant de 24 ans qui souhaite avancer sur son doctorat aux côté du père d’Elio un éminent archéologue. Hammer plus connu pour ses rôles dans The Man From U.N.C.L.E ou The Social Network ne trouve aucune difficulté à donner la réplique au jeune Timothée. Il incarne le personnage d'Oliver assurément bien, un américain  confiant, cultivé, arrogant mais également très émouvant. Ces deux acteurs ont une alchimie parfaite à l’écran, autant présent l’un que l’autre ils arrivent à transmettre beaucoup d’émotions. Ainsi on découvre une histoire exceptionnelle qui rassemble deux âmes sincères découvrant les bons comme les mauvais côtés de l’amour…   

    Réalisé par Luca Guadagnino et adapté du roman Call Me By Your Name d’André Aciman (2007), dans ce long-métrage le réalisateur réussit à l’aide d’une seule caméra, à créer une sorte de bulle dans laquelle se retrouvent les deux personnages entourés de la famille et des amis. Certaines scènes banales, tel que des scènes de repas, de balades en vélo ou de baignade dans en rivière sont transformés en scène uniques et touchantes qui permettent au spectateur de se sentir proche des personnages et de s’attacher rapidement à eux. Il pourrait s’agir d’un film lent et long mais la réalisation autant que les décors, les paysages ou la luminosité rendent chaque scène plus captivante. Sans oublier, la musique du film qui est incroyable. En effet, en plus d’avoir un jeune Timothée qui joue du Bach au piano à merveille, on retrouve une bande-son composé par Sufjan Stevens qui va idéalement avec le rythme doux, léger et sensuel du film en plus de créer une atmosphère de beauté et de nostalgie. Toutes ces choses permettent un moment d’égarement durant deux heures. Le temps s’arrête et il ne s’agit plus que de nous face à une complicité inouïe de ces garçons, leur désir muet et leur passion brûlante ont une indéniable valeur universelle qui réveille la nostalgie des amours passées.

    “Je voulais un film éponge et miroir...qui absorbe les émotions pour mieux les renvoyer aux spectateurs” confie Luca Guadagnino. Une mission réussie pour le cinéaste italien qui nous transporte durant tout ce long-métrage dans une histoire unique qui fait vibrer nos coeurs. Call Me By Your Name permet à n’importe qui de s’évader pour un court moment. On ne peut que s’attacher à l’histoire de ces deux amants et on y croit jusqu’au bout.Ce qui donne au film un côté dramatique est bien évidemment la scène finale.

    !ATTENTION SPOILER!

    Quelque temps après ce bel été que les deux protagonistes n’oublieront jamais, Elio de retour dans sa magnifique demeure italienne pour fêter Hanouka reçoit un appel d’Oliver l’ayant quitté quelque mois plus tôt pour retourner aux Etats-Unis. Cet appel va faire disparaître tout  espoir d’une quelconque retrouvaille puisque en effet, ce dernier lui annonce ses fiançailles avec une femme. Un appel qui brise le coeur du jeune Italien autant que le nôtre…

    Enfin, le film se termine avec Elio remplit de tristesse mais également de nostalgie puisqu’il “se souvient de tous”, assis, devant la cheminée, seul. Cette scène purement cinématographique accompagnée de “Vision of Gideon” de Sufjan Stevens une chanson où les paroles autant que l’instrumental vont parfaitement avec ce final. On assiste donc au seul visage d’Elio, filmé très longtemps, qui reflète alors l’entrée du personnage dans une dimension inconnue de lui, la vénération du souvenir. Un moment déchirant dans lequel chaque spectateur se retrouve les larmes aux yeux et surtout le coeur serré. Timothée Chalamet transmet à travers cette scène une série d’émotion mais la rend particulièrement touchante puisque son visage d’ange, ses cheveux en batailles et surtout  la profondeur de ses yeux nous donne le sentiment d’être à sa place et de ressentir la même chose que lui… Un jeu d’acteur incroyablement fort qui mérite amplement sa nomination aux Oscars!

    La scène finale pourrait correspondre au début du film puisqu'on ressent comme une sorte de flashback à travers le regard d’Elio.

    !FIN SPOILER!

    Je conseille vivement ce film aux amateurs de belles histoires. Ce film indépendant au petit budget est un petit chef d’oeuvre capable d’émouvoir comme de faire sourire n’importe qui. Une réalisation pure et simple, idéal à l’illustration du désir et de la passion des deux personnages, accompagnée d’une bande-son qui porte le long métrage gracieusement et des acteurs interprétant leur rôle à merveille.

    Toute les conditions sont rassemblées pour faire de ce film un pur moment de bonheur!


    Par: Z.T


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :